En Parallèle

Les bienfaits de voyager Seul.e

Dans l’article “Ce qui m’a décidé à voyager seule”, lien article, j’expliquais comment j’ai eu cette impulsion. J’ai commencé à partager certains avantages que cela procure. Dans ce présent article, je vais lister les bienfaits que l’on peut ressentir lorsque l’on voyager en solo. Car oui, il y en a et pas qu’un seul.

En effet, au gré de mes voyages, j’ai pu en constater plusieurs, voici une liste de ceux que j’ai pu expérimenter :

  • Un esprit de Liberté

Je l’ai déjà évoqué dans le précédent article, mais cet esprit de liberté est très important. En effet, nous sommes maître de toutes les décisions qui sont prises pendant tout le périple. Fini les compromis, le fait de faire plaisir aux autres ou bien de se plier à la volonté générale. La seule chose qui compte est ce que l’on veut à l’instant T. Et croyez-moi cela n’a pas de prix. On le découvre très vite. Vous souhaitez retourner dans un quartier, une attraction, un lieu que vous avez déjà vu ? Personne ne vous en empêchera. Désormais, cet état d’esprit me sert beaucoup dans mon quotidien. Avec le recul, je me suis rendu compte que des décisions que je trouve simple et facile à prendre, peuvent s’avérer être un vrai casse-tête pour certains. Renouer avec cet esprit de liberté et la savourer est un véritable cadeau que l’on peut se faire. Ce qui nous amène à l’autre point.

  • Une reconnexion à soi

Le fait de se retrouver seul.e avec soi-même pour seule compagnie nous pousse à écouter nos besoins, nos envies et être dans l’instant présent. Autant d’ingrédients qui favorisent la (re)connexion à soi et au fait de savoir s’écouter. Le quotidien peut parfois nous en éloigner mais c’est quelque chose d’essentiel selon moi. Très souvent je me demande de quoi j’ai réellement envie et cela dirige les visites de la journée (plutôt que de répondre à un strict programme) ou bien les dégustations de spécialités du pays (#gourmande).

  • Le dépassement de soi

Un autre bienfait de voyager seul.e, c’est le dépassement de soi. On ose faire des choses que l’on ne s’accorde pas en général ou bien que l’on pense inimaginable. Cet esprit de liberté (eh oui il est partout), donne l’impulsion d’oser mais aussi de se découvrir par la même occasion. J’ai ressenti de la fierté au retour de mon premier séjour tout comme le fait d’avoir osé faire des choses que je pensais impensables en faisant sauter certaines barrières comme par exemple se retrouver toute seule dans un pays à l’autre bout du monde ou bien faire une visite guidée en groupe d’un monument ou attraction toute seule. (et se rendre compte que je n’étais pas seule à le faire !) Ce qui nous amène à un point très important.

  • L’estime de soi

Toute ma vie j’ai cru que je n’avais pas de valeur parce que je n’avais pas fait de longues études ou bien parce que je n’occupais pas un emploi qui m’intéresse vraiment ou encore lorsque je me demandais “pourquoi il ne veut pas de moi ?”. Toutes ces pensées, limitantes, me poussaient à ne pas avoir une belle image de moi. Le fait de partir seule m’a aidé à renforcer ma confiance et par conséquent mon estime de moi. Les aventures que j’ai vécu, m’ont aidé à faire sauter ces fausses croyances pour me voir telle que je suis vraiment et me donner la force de m’affirmer. Je sais qu’à chaque voyage j’en reviens transformée.

  • Être ouvert aux rencontres

C’est quelque chose que j’ai expérimenté, notamment lors de mon voyage en Corée du Sud. Le hasard de la vie, ou pas, a fait que j’ai croisé un touriste français que j’avais déjà vu à l’aéroport de Blagnac le jour du départ. Eh oui, j’aime observer les gens et j’aime bien deviner qui voyage seul. Et j’avais repéré Robin, (ce n’est pas son vrai prénom) dès le départ car nous étions dans le même groupe pour embarquer dans l’avion. Bref, le lendemain de notre arrivé à Séoul, nous avons fait ce que tout le monde fait, c’est-à-dire visiter l’une des plus grandes attractions de la ville, en l’occurrence Le Palais Gyeongbokgung. C’est un site immense. Au détour d’une petit palais, j’en sortais et lui y entrait et nous sommes tombés face à face. J’aurais été en groupe ou en couple, je l’aurais sûrement remarqué mais ça se serait arrêté là. Il s’avère que nous avons passé le reste de la journée ensemble et nous avions convenu d’en passer une autre quelques jours plus tard. Ce que j’ai retenu de cette expérience c’est que j’ai osé être spontanée et naturelle. Nous avons échangé sur nos projets de visites, j’en ai découvert grâce à lui et vice versa. Et surtout, ça m’a rappelé que c’était génial de voyager seule. En effet, j’étais frustrée car il n’aimait pas faire les boutiques, nous étions tombés sur des mignonneries et je n’avais pas pu prendre le temps que je voulais pour les découvrir. Je me suis donc rendu compte que j’étais contente de cette rencontre mais aussi très heureuse de pouvoir naviguer dans la ville comme je le désirais. J’ai également pu rencontrer une abonnée expatriée qui vit à Séoul depuis plusieurs années. Là aussi ça a été une super rencontre et j’en garde un très bon souvenir. Je ne l’aurais certainement pas vécu de la même manière si j’étais partie accompagnée.

  • Le Sens de l’observation

Une des choses que j’ai développé depuis que je pars seule, c’est le sens de l’observation. Etant donné que je ne pouvais compter que sur moi-même, je n’ai pas eu d’autres choix que d’observer, regarder, écouter. C’est fou le nombre d’informations que nous avons autour de nous sans nous en rendre compte. Voyager m’a permise de développer ce sens qui est très utile quelle que soit les situations de vie. Le fait de devoir se débrouiller seul.e nous aide à développer des capacités d’adaptation, de décisions qu’il faut bien le reconnaître nous n’avons pas lorsque l’on décide de se laisser porter par quelqu’un ou le flot de la vie. Je m’en suis aperçue dans la cadre professionnel. En écoutant et en observant mes collègues j’ai beaucoup appris sur le métier que je ne connaissais pas. Ce qui m’a aidé à me sentir à l’aise à ce poste en quelques jours.

  • Lever les barrières et se créer des opportunités

De nos jours, faire des choses en solo, comme le simple fait de boire un café en terrasse peut très vite effrayer. Une des choses que j’ai apprise grâce à mes voyages seule c’est que je ne m’interdis plus rien. C’est ce qui me pousse à continuer mes divers projets d’écriture et à tout faire pour leur donner vie sous forme de carnet, d’article ou encore de roman. Je me créé mes opportunités en enlevant tout blocage que je pouvais ressentir auparavant, comme ce foutu syndrome de l’imposteur ! Je parle de mes projets d’écriture à titre d’exemple, mais ça vaut pour beaucoup de choses dans la vie.

  • Le meilleur pour la fin : Vivre un gros kiff

Il n’y a qu’en expérimentant que j’ai compris à quel point c’est enrichissant de bien des manières de voyager seule. C’est un sentiment indescriptible. Si vous vous posez la question, je ne peux que vous encourager à sauter le pas car ce que l’on vit comme émotions, sensations et expériences est indescriptible. Il fait le vivre pour le comprendre. (comme beaucoup de choses d’ailleurs 😉).

J’espère que ces différents points auront éveillé en vous l’envie de voyager en solo.

Si vous souhaitez être au courant de mes actualités et des derniers articles sur le blog, rdv sur le formulaire par ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *